israélite


israélite

israélite [ israelit ] n. et adj.
• 1458; de Israël
1Descendant d'Israël, autre nom de Jacob dans la Bible.
2Vieilli Personne qui appartient à la communauté, à la religion juive. hébreu, juif. REM. Ce nom peut avoir des connotations antisémites chez ceux qui évitent l'emploi du mot juif. Adj. La communauté israélite. Consistoire israaélite.

israélite adjectif et nom (bas latin Israelita, du latin classique Israel) Relatif à l'Israël biblique, à son peuple. Synonyme de juif. ● israélite (difficultés) adjectif et nom (bas latin Israelita, du latin classique Israel) Orthographe Avec un accent aigu (alors qu'Israël s'écrit avec un tréma sur le e). Sens 1. Israélien = de l'État d'Israël. 2. Israélite = relatif à l'Israël biblique, à son peuple ; juif. ● israélite (synonymes) adjectif et nom (bas latin Israelita, du latin classique Israel) Relatif à l'Israël biblique, à son peuple.
Synonymes :
- hébraïque
Synonymes :

israélite
adj. et n.
d1./d HIST Descendant d'Israël.Syn. juif, hébreu.
d2./d Cour. De religion juive.
Subst. Un, une israélite: un juif, une juive.

⇒ISRAÉLITE, adj. et subst.
A. — Adj. et subst.
1. HIST. ANC. (Celui, celle) qui appartient au peuple issu de Jacob, nommé aussi Israël, et dont l'histoire, relatée dans la Bible, débute à la sortie d'Égypte. Synon. hébreu (v. ce mot A 1 rem.). L'espace diminuait rapidement entre les troupes égyptiennes et les tribus israélites. Ce fut (...) près de la mer des Algues, que les Égyptiens atteignirent les Hébreux (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 339). V. hébreu ex. 1.
En partic. [Après le schisme post-salomonien et p. oppos. à judéen, habitant du Royaume du Sud] (Celui, celle) qui appartient au royaume biblique du Nord, ou royaume d'Israël. N'étaient-ils pas eux, les Judéens, des rescapés de la grande tourmente qui avait anéanti les Israélites du Nord? (A. et R. NEHER, Hist. biblique du Peuple d'Israël, Paris, Adrien-Maisonneuve, t. 2, 1962, p. 514).
2. (Celui, celle) qui appartient aux descendants du peuple ci-dessus. Synon. juif. Artiste, avocat, banquier, fonctionnaire, savant israélite; communauté, colonie, population israélite; israélite allemand, français, russe, portugais. Lui : est israélite, vous : vous êtes des mécréants (QUENEAU, Enf. du limon, 1938, p. 217). V. israélien ex. 1 :
1. À ses Juifs, New-York, comme Moscou, doit l'intensité de sa vie théâtrale. C'est dès l'arrivée des émigrants israélites de l'Europe centrale, à la fin du XIXe siècle, que la scène américaine s'élance à la conquête du monde.
MORAND, New-York, 1930, p. 177.
B. — Adj. Qui concerne les israélites, qui leur appartient. Foi, monothéisme, sacerdoce, tradition israélite; nom, origine israélite; consistoire, foyer, temple israélite; cimetière israélite; banque, publication israélite. La plus importante [école] était celle qu'avait créée (...) l'Alliance israélite universelle, et dans laquelle l'enseignement était donné en français (THARAUD, An prochain, 1924, p. 230) :
2. ... l'institution la plus importante du culte israélite, la pierre angulaire de ce qui demeure du ritualisme ancien, à savoir le sabbat, la trêve hebdomadaire qui a servi de type au dimanche chrétien comme au vendredi musulman...
WEILL, Judaïsme, 1931, p. 145.
En partic. Qui concerne, qui appartient au Royaume d'Israël ou à ses habitants. Meguiddo (ville indiscutablement israélite et non judéenne) (A. et R. NEHER, Hist. biblique du Peuple d'Israël, Paris, Adrien-Maisonneuve, t. 2, 1962p. 368).
REM. 1. Israéliste, adj., synon., rare. Lois israélistes (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 130). Hebdomadaire israéliste (Civilis. écr., 1939, p. 36-12). 2. Israélitisme, subst. masc., synon. rare de judaïsme. Une autre partie [du catholicisme] (...) s'unira au protestantisme libéral, à l'israélitisme éclairé (RENAN, Marc-Aurèle, 1881, p. 642). Bien qu'« israélitisme » soit quelquefois employé, ainsi que mosaïsme, pour désigner la religion juive, c'est le mot judaïsme qui est le plus usuel, du moins dans notre pays (WEILL, Judaïsme, 1931p. 19). 3. Isréaliser (s'), verbe pronom., rare. Acquérir, adopter les caractéristiques des israélites. Les juifs ne se libèrent qu'en tant que les chrétiens s'israélisent (ARNOUX, Juif Errant, 1931, p. 266).
Prononc. et Orth. : []. NOD. 1844, PASSY 1914 : [-]. MARTINET-WALTER 1973 : [-s-] / [-z-] (13/4). Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. 1458 subst. (A. GRÉBAN, Mystère de la Passion, éd. O. Jodogne, 8301 : Dieu des Israellites); ca 1480 adj. (Mistere Viel Testament, 21917 : peuple ysraelite); 2. 1690 fig. un bon Israëlite (FUR.). Empr. au lat. chrét. Israelita, gr. , hébr. ', dér. du nom d'Israël, donné à Jacob après sa lutte contre l'ange (Genèse 32, 28); et, p. ext., au peuple juif (v. suff. -ite). Au sens 2, d'après la parole du Christ dans l'Évangile de Jean, 1, 47 à propos de Nathanaël : « Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a point de fraude ». Fréq. abs. littér. : 228. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 279, b) 301; XXe s. : a) 424, b) 314. Bbg. QUEM. DDL t. 4 (s.v. israélisme).

israélite [isʀaelit] n. et adj.
ÉTYM. 1458, Israellite, n.; bas lat. Israelita, grec Israêlitês, adaptation à l'aide du suff. -(i)tês de l'hébreu yisrě'ēlī, de yisrā‡ēl « Israël », nom donné à Jacob après sa lutte avec Dieu (Genèse, XXXII) et, par ext., au peuple juif.
1 Didact., hist. Descendant d'Israël, de Jacob.
2 Personne qui appartient à la communauté, à la religion juive. Hébreu, juif; → Aventure, cit. 18; impartialité, cit. 1.REM. Le mot s'emploie en concurrence avec juif, ce dernier ayant des connotations indésirables, notamment dans les époques marquées par l'antisémitisme. → Juif, rem.
1 Les Roumains, les Égyptiens et les Turcs peuvent détester les Juifs. Mais dans un salon français les différences entre ces peuples ne sont pas si perceptibles, et un Israélite faisant son entrée (…) contente parfaitement un goût d'orientalisme.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. VII, p. 15.
(1690). Loc. (Vx; langue class., par allusion à l'Évangile de Jean, I, 47). Un bon israélite : un homme franc, sincère.
Adj. (1480, ysraelite). Hébraïque, juif. || Consistoire, culte israélite (→ Chair, cit. 9). || Le chœur de jeunes filles israélites, dans Esther de Racine.
2 — Vous croyez que Dieu est comme ça, Clémence ? Qu'il s'occupe de votre dot ?
— Pourquoi pas ? Il s'occupe bien des petits oiseaux. Mais monsieur est israélite, monsieur n'a pas lu l'Évangile.
R. Queneau, les Enfants du limon, II, XLI.

Encyclopédie Universelle. 2012.